Publications PNR du CRASC

Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle

Publications PNR

PNR du CRASC, 2005, p. 7-8 | Texte intégral


 

 

 

Foudil CHERIGUEN

 

 

Le recueil de bibliographie générale consacré à l'onomastique que nous proposent les équipes de recherche qu’animent Farid Benramdane et Brahim Atoui est l'aboutissement d'un travail ardu de documentation, de défrichement d'un terrain non pas foncièrement vierge,  mais clairsemé d'éléments servant ou susceptibles de servir l’onomastique dont il faut établir un recensement systématique de toutes les données ayant trait,  de près ou de loin,  aux domaines algérien d'abord,  maghrébin ensuite, et enfin,  de façon plus générale,  européen pour peu que celui-ci touche aux deux autres domaines précités. L'onomastique algérienne étant celle d'un milieu plurilingue,  il est de ce fait,  inévitable que trois langues au moins ne soient concernées. C'est dire toutes les  difficultés que présuppose une telle tâche,  encore davantage compliquée par la diversité dialectale.

A toutes ces complexités des domaines et des langues vient s'ajouter une troisième qui consiste en le nombre des sciences annexes dont il faut nécessairement tenir compte comme l'histoire,  la sociologie,  la géographie (dans ses deux aspects physique et humain),  les sciences politiques et économiques,  l'anthropologie,  etc. car,  sans elles,  toute science onomastique serait inconcevable. Il fallait donc trouver,  trier,  affiner des informations recueillies dans différents documents relevant eux-mêmes de disciplines diverses,  avec le souci constant de tendre vers une exhaustivité toujours impossible à atteindre,  à la fois dans les titres à retenir quand ceux-ci sont identifiés et dans l’oubli toujours possible d’un ou de plusieurs titres qui pourraient s'avérer d'une certaine importance pour le domaine onomastique maghrébin.

Car les auteurs ont ressenti,  à juste titre,  la nécessité qu'il y a, à cette étape de l'évolution des études onomastiques maghrébines,  de procéder à un bilan bibliographique le plus complet possible pour mesurer le chemin parcouru,  mais surtout pour évaluer l'étendue du travail qui reste à accomplir. Ainsi,  sur la base des données recueillies,  l'étudiant,  le chercheur,  aussi bien que l'amateur seulement curieux de ce que peut en cacher ou en révéler un nom propre du domaine maghrébin,  peut trouver une orientation fiable,  celle qui est en mesure de guider ses investigations.

Le Recueil proposé ici se doit à cet effet,  de retenir des références portant sur l'ensemble des études onomastiques,  c'est-à-dire concernant trois périodes historiques assez nettement distinctes,  et qui sont l'antiquité nord-africaine,  l'époque médiévale dont la fixation du patrimoine onomastique et plus particulièrement anthroponymique maghrébin n’est plus à démontrer,  et la période moderne et contemporaine,  remontant ainsi des études délibérément onomastiques aux travaux portant sur l'épigraphie,  qu'ils soient illustrés par les inscriptions latines ou,  plus anciennement encore,   par les inscriptions berbères. Autant dire que ce recueil,  s'il s'adresse directement à l'onomasticien,  ne manque pas d'intéresser l'historien du domaine nord-africain et,  dans une moindre mesure et même si cela n'est pas le but essentiel visé,  l'anthropologue et le préhistorien.

Bien que la finalité de ce Recueil se lise dans l'intérêt porté à l'onomastique algérienne et,  secondairement,  nord-africaine,  tant la première est imbriquée,  impliquée dans  la seconde dont elle est plus ou moins indissociable,  il apparaît que les données bibliographiques recueillies -outre l'évidence même qui caractérise toute science onomastique comme étude scientifique du nom propre- restent sous-tendues et plus ou moins déterminées par des questionnements de nature identitaire; pendant que, et à titre d'exemple,  sont orientées actuellement les études onomastiques françaises ou canadiennes vers respectivement: la microtoponymie pour des raisons d'approfondissement de l'investigation historique mais aussi d'attachement au terroir,  s’agissant des premières,  les secondes,  elles,  se voient déterminées par des impératifs de peuplement,  c'est-à-dire d'inscription du toponyme dans un territoire géographiquement et/ou administrativement circonscrit ou à circonscrire

Dans ce document,  établi à l'usage primordial de recherche en Onomastique algérienne,  apparaît,  en filigrane et de par la signification des titres qui existent et qu'il ne manque pas de relever,  un questionnement sous-jacent caractéristique aujourd’hui des motivations profondes de l’onomastique algérienne,  voire maghrébine,  et qui peut se résumer par la question Qui suis-je dans le rapport de nomination /dénomination de tel ou tel territoire et/ou sous -territoire déterminé par tel ou tel autre nom ? Questionnement essentiel,  au fondement de la relation anthropo - toponymique qui,  en Algérie,  présente un intérêt particulier et dont bon nombre d’études en font une problématique majeure.

Il faut donc convenir que tout choix contient en lui-même une détermination originelle inscrivant les motivations comme autant de justifications du but à atteindre,  la visée étant la constitution d’un fonds documentaire. Voilà à présent le projet qui commence à prendre définitivement forme; le mérite revient aux auteurs de ce recueil qui ont mis entre les mains du chercheur en onomastique un excellent outil de documentation.